Mauritanie: Communiqué - audience RABIAA ET SOEURS

Dans sa première audience tenue le 28 mars 2018, la cour spéciale pour la répression de l’esclavage s’est prononcé sur les dossiers RP 252/2011 et RP072/2015 relatifs aux affaires de Rabi ‘a et ses sœurs et Boujoum’a Ould Bilal sur lesquels Riv’a Mint Mohamed et Salek Ould Amar et son fils Hamoud Ould Salek pratiquaient l’esclavage. C’est l’organisation SOS ESCLAVES constituée en partie civile sur la base des dispositions de l’article 22 de la loi 031/2015 à travers Me El Id Ould Mohameden qui assurait les intérêts des victimes et leur défense. Dans son énoncé, le verdict de la cour spéciale a condamné en première instance Riv’a Mint Mohamed à 10 ans de prison ferme (peine maximale dans la loi 048/2007) et 250.000 N-UM et Mohamed Ould Salek et son fils Hamoud Ould Salek à 20 ans de prison ferme et 100.000 N-UM. Ce procès intervient deux ans après celui organisé le 16 mars 2016 par la cour spéciale pour la répression de l’esclavage de Néma sur l’affaire mettant en cause Hanena Ould Bouna et Ikhalihena Ould Haimad respectivement maitres de Bouta Mint Hemedi et de Vatme Mint Zeid qui ont été condamnés à cinq ans dont une ferme et une amende de 1 million d’anciennes ouguiyas.

Suite à ce verdict SOS ESCLAVES :

-          Note avec satisfaction la condamnation la condamnation des esclavagistes

-          Réitère son appel aux autorités à veiller à l’application rigoureuse de la loi à l’encontre de tous les contrevenants

-          Félicite les partenaires, l’avocat et l’assistant juridique et tous les militants des droits de l’homme pour l’issue de ce procès

No Associated files

Date: 17/04/2018

Countries:

Mauritania

Categories:

Racism/Discrimination/Hate speech
Law/Legislation

Press Contact Information

Name: Boubacar Messaoud

Telephone: :+222 46 40 83 97 / +222 22 16 00

This website has been produced with the financial assistance of the European Union.
The contents of this website are the sole responsibility of Minority Rights Group International and can under no circumstances be regarded as reflecting the position of the European Union
.